Anselm Kiefer

Rétrospective Anselm Kiefer au Centre Pompidou

anselm-kiefer, centre-pompidou, exposition, 2015, peinture, art-contemporain

Une œuvre monumentale tout aussi bien en énergie, diversité et dimensions qui parcourt l’histoire, en particulier, l’histoire allemande. 80 toiles, allant des années soixante à aujourd’hui, seront exposées. On pourra donc revoir ces immenses tableaux de champs de blés qui sont comme des Van Gogh minés par l’angoisse et le sentiment du sublime dans une manière noire et expressionniste. anselm-kiefer, centre-pompidou, exposition, 2015, peinture, art-contemporain


Communiqué de presse:

L’exposition, inédite par son ampleur et sa sélection, que le Centre Pompidou consacre à l’œuvre d’Anselm Kiefer propose une traversée rétrospective du parcours prolifique du célèbre artiste allemand, de la fin des années 1960 à nos jours. Une soixantaine de peintures, en provenance d’importantes collections privées et publiques dans le monde, réunies pour la première fois, dialoguent avec des installations, des vitrines, des ouvrages qui composent une exposition conçue comme une suite de moments thématiques dans la carrière de l’artiste, avec toute sa complicité.


Anselm Kiefer,

Rétrospective | Centre Pompidou

Du 16 décembre 2015 – 18 avril 2016


Voir aussi:

Thierry Grizard | Artefields.

Webmaster et auteur.

Artefields, couvre à travers un fil d’actualité fourni et quotidien l’ensemble des expositions à Paris, en France et pays francophones, mais aussi les grands évènements internationaux. Les champs d’intérêts sont essentiellement les arts plastiques, en allant de la peinture aux installations en passant par la sculpture. Nous nous efforçons également de découvrir ou soutenir d’un point de vue rédactionnel de nouveaux talents. Les articles de fond, ou analyses tentent de prendre un peu de distance relativement à l’actualité artistique afin de mieux éclairer cette dernière. De nombreuses galeries d’images sont à la disposition du lecteur qui pourra se faire une première idée du travail des artistes concernés. La ligne éditoriale ne se veut néanmoins pas exhaustive et revendique une part inévitable de subjectivité.