damien-odoul, les-visions, galrie-laure-roynette, paris, france, solo-show, photography, 2016

Damien Odoul, Les Visions

DAMIEN ODOUL | “Les visions”

Damien Odoul réalisateur hors norme et d’un talent exceptionnel, mais aussi forestier, pratiquant d’arts martiaux est pour l’occasion photographe. Il expose à la galerie Laure Roynette.  


damien-odoul, les-visions, galrie-laure-roynette, paris, france, solo-show, photography, 2016

©Damien Odoul. Courtesy galerie Laure Roynette.


 Damien Odoul se révèle donc ici en photographe. Photographe des forêts civilisées et travaillées de la Lozère, vues dans ce que reste néanmoins toute forêt, des bruissements, des craquements, du vent et du mouvement. C’est pourquoi les photographies de forêts bougées de Damien Odoul sont comme la tentation de traduire dans la fixité photographique le son du vent dans les conifères, les effleurements et bris des branches. Un son très enveloppant comme un souffle, un murmure qui amplifie nos propres états d’âmes.

Impossible évidemment de ne pas  penser au film de Damien Odoul, “Le souffle” précisément. Un film “onirique” où le paysage, la Nature, le vent et les échos qu’ils font naitre dans nos états d’âmes, sont le sujet même du film. Le caractère si peu narratif et tout en affects des films de Damien Odoul se retrouve inévitablement dans son travail photographique. Travail qui d’ailleurs, fait penser par les filés et flous aux images arrêtées du cinéma.

Pour reprendre Godard: “La photographie, c’est la vérité et le cinéma, c’est vingt-quatre fois la vérité par seconde…”. Les arrêts toujours flous du cinéma donnent ici des photographies bruitées, instables, charnelles. On pense aussi aux plans traveling tellement envoutants, comme en apesanteur du film de Grandrieu: “Sombre”.

Film très proche du travail de Damien Odoul dans la caractère subjectif de la camera et les ambiances déracinées et hors narration. L’exposition s’accompagne d’un court métrage et d’une bande son. Il est donc bien question du bruit et du mouvement retraduit dans la fixité de la photographie. Ces instantanés qui tentent de donner la durée sont un peu comme les esquisses d’un film ou les arrêts sur images d’un film possible.

C’est à voir à la galerie Laure Roynette.  


DAMIEN ODOUL | “Les Visions”.

Galerie Laure Roynette

17 mars au 23 avril 2016


Voir aussi: