JEAN DE SAGAZAN

La géométrie du banal

Jean de Sagazan (né en 1988, Paris) ou la fascination pour la géométrie du banal, de l’insignifiance, des moments creux, vides qui sont autant d’occasions pour le peintre de ne représenter rien, pour peindre seulement et reproduire peut être ces moments de suspens si satisfaisants.


jean-de-sagazan, artiste-peintre, salon-de-montrouge, art-contemporain


Il y dans ces quelques œuvres du jeune peintre un rappel de ce que Gerhard Richter dit de sa relation à la photographie, qui en le déchargeant du motif, de la subjectivité lui permets de ne s’attacher qu’à peindre. Mais la tentation de l’hyperréalisme chez Jean de Sagazan semble s’arrêter là, au même titre que chez Richter. Il altère tout de suite l’imitation par un léger flou, une touche évidente et des couleurs froides, passées, presque synthétiques. Une œuvre mystérieuse en gestation, oscillant entre photographie et ambiances cinématographiques qui trouvent probablement ses filiations conscientes ou pas chez Richter, Hockney et par les cadrages, l’aspect narratif la Nouvelle Figuration. Un artiste à suivre de près.



jean de sagazan, artiste-peintre, salon-de-montrouge, art-contemporain

jean de sagazan, artiste-peintre, salon-de-montrouge, art-contemporain
jean de sagazan, artiste-peintre, salon-de-montrouge, art-contemporain
jean de sagazan, artiste-peintre, salon-de-montrouge, art-contemporain
jean de sagazan, artiste-peintre, salon-de-montrouge, art-contemporain
jean-de-sagazan, artiste-peintre, salon-de-montrouge, art-contemporain

Thierry Grizard | Artefields.

Webmaster et auteur.

Artefields, couvre à travers un fil d’actualité fourni et quotidien l’ensemble des expositions à Paris, en France et pays francophones, mais aussi les grands évènements internationaux. Les champs d’intérêts sont essentiellement les arts plastiques, en allant de la peinture aux installations en passant par la sculpture. Nous nous efforçons également de découvrir ou soutenir d’un point de vue rédactionnel de nouveaux talents. Les articles de fond, ou analyses tentent de prendre un peu de distance relativement à l’actualité artistique afin de mieux éclairer cette dernière. De nombreuses galeries d’images sont à la disposition du lecteur qui pourra se faire une première idée du travail des artistes concernés. La ligne éditoriale ne se veut néanmoins pas exhaustive et revendique une part inévitable de subjectivité.