Y-a-t’il un mystère Michael Borremans ?

Art contemporain, artiste peintre, Belgique, Surréalisme, Réalisme, étude critique | Publié le 6 mars 2017 par Thierry Grizard.


Tableau et « veduta »

Michael Borremans veut que la tableau —cadre ouvrant sur une perspective, un point de vue, une fenêtre— soit un noeud, quelque chose qui arrête le regardeur et suspend l’attention en subjuguant l’entendement. Le tableau doit donc être selon lui une fenêtre miroir qui boucle sur elle même.

La rhétorique du tableau

michael borremans, borremans, artiste belge, artiste peintre, art, art contemporain

© Michaël Borremans.

Le paradoxe est que cet effet est obtenu par le truchement d’un jeu intellectuel qui consiste à rechercher —pour parler moderne et non surréaliste— la disruption. Il pourrait donc y avoir chez Michael Borremans, dans l’évident héritage surréaliste belge, (Magritte le disruptif par excellence, Delvaux l’étrange et la banalité du quotidien, etc.), un jeu conceptuel sinon littéraire. Comme dans le surréalisme on observe chez Borremans non pas de la narration ou de la discursivité mais un télescopage en un moment unique. Cependant avec le peintre belge on sent bien que cette perpective de lecture est franchement insuffisante, et que par ailleurs il s’en méfie.

Le temps arrêté du tableau chez Michael Borremans

Pas vraiment de narration donc mais un moment disruptif qui se situe dans une suite d’évènements. On est décontextualisé.

Toutefois, si il n’y souvent pas de fil temporel ou de topos dans les œuvres de Michaël Borremans , il y a presque toujours une action figée. La peinture figurative “représente” par principe toujours une scène censée être à un moment T. On sait bien néanmoins que cette figuration ne peut être qu’une allégorie, l’illustration d’une idée, d’un message moral ou historique.

michael borremans, borremans, artiste belge, artiste peintre, art, art contemporain

© Michaël Borremans.

Chez Borremans on est plutôt entre Velasquez, Courbet ou Le Caravage avec une connotation surréaliste. On est devant une action suspendue à la composition fortement connotée conceptuellement, on pense aux Menines. Il y a également ce saisissement dans la lumière à La Caravage. Enfin on peut y voir la matérialité des textures et chairs à la Courbet. Trois maîtres dont l’artiste belge se revendique.

Le sens c’est peindre

L’idée évidente est de suggérer qu’il a du sens mais en refusant d’en donner la clé. On peut supposer qu’en réalité il n’y a pas de sens du tout. Borremans n’illustre rien par contre il “figure”. La finalité c’est de peindre —comme Velasquez ou Zurbaran— un agencement pictural qui veut nous capter au sein de cette fenêtre même du tableau.

michael borremans, borremans, artiste belge, artiste peintre, art, art contemporain

© Michaël Borremans.

La pensée du tableau

Gerhard Richter dit de la peinture qu’elle «est une forme de pensée ». Le sens nodal qui se dérobe dans les « vedute » de Michael Borremans a de toute évidence sa propre “logique” sous forme de rébus théâtral plus ou moins malicieux, sinon pervers. Le nœud pictural n’est peut-être au fond qu’un traquenard ironique !


En savoir plus 


Michael Borremans, artiste peintre, belgique, art, art contemporain


A voir aussi

gerhard richter,eisberg,iceberg,painting,hyperrealism,romantism,sotheby's,london,2017,auction,mist,iceberg
/par

Gerhard Richter, “iceberg”

Gerhard Richter avec "Eisberg" signe un de ses tableaux les plus aboutis dans le registre photo réaliste, bien qu'il soit, au final, quelque peu atypique car teinté d'un pathos qu'il s'est toujours évertué à congédier.