Art contemporain. Le retour de la peinture d’histoire !


Le retour de la peinture d’histoire dans l’art contemporain

De jeunes artistes peintres reprennent à bras le corps l’histoire comme sujet de leur travail. Il ne faut néanmoins pas s’en tenir aux apparences. En effet, cette peinture est rarement historique au sens strict et le sujet n’est parfois qu’un simple prétexte en vue de libérer le travail formel. Cela rappelle un peu la démarche de Gerhard Richter qui en reproduisant des photographies d’actualités tente de se libérer de toute sur-interprétation et subjectivité pour se concentrer sur l’acte de peindre. Ceci dit en s’astreignant ainsi Richter s’éloigne systématiquement de la référence, il reprend ses distances par un travail sur les flous, les  teintes, les glacis.

Chez les jeunes artistes peintres évoqués ci-dessous on retrouve la même obsession à vouloir se déprendre de la référence:

  •  Adrian Ghenie se livre à un travail sur la matière, mais aussi efface inexorablement les visages des « monstres » de l’histoire.
  • Giulia Andreani mime l’usure du temps dans des lavis ou des teintes délavées qui exploitent le gris de Payne ou encore efface, comme Ghenie, les visages.
  • Etienne Cail, est très influencé par le mouvement chinois des réalistes cyniques, il convoque les grandes oeuvres des peintres d’histoire pour les détourner à la manière du Pop Art et des artistes chinois tels que Yue Minjun ou le « Political Pop Art ».
  • Guillaume Bresson ne se sert des références à l’art classique ou de la renaissance que pour mieux travailler sur la lumière, l’étagement des plans et une scénographie quasi baroque.

La dimension représentative ou critique de la peinture d’histoire est donc bien loin d’être la seule motivation de ces artistes, à l’exception de Giulia Andreani qui se livre avec persistance à un travail critique du langage de l’histoire, de la grande comme de la petite histoire et des signes collectifs qui l’alimentent.

Adrian Ghenie

Adrian Ghenie, peinture contemporaine et histoire.

© Adrian Ghenie, peinture contemporaine et histoire.


Giulia Andreani

Giulia Andreani, peinture contemporaine et histoire.

© Giulia Andreani, peinture contemporaine et histoire.


Guillaume Bresson

Guillaume Bresson, peinture contemporaine et histoire.

© Guillaume Bresson, peinture contemporaine et histoire.


Etienne Cail

[/fusion_builder_column][fusion_builder_column type= »1_1″ background_position= »left top » background_color= » » border_size= » » border_color= » » border_style= »solid » spacing= »yes » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » padding= » » margin_top= »0px » margin_bottom= »0px » class= » » id= » » animation_type= » » animation_speed= »0.3″ animation_direction= »left » hide_on_mobile= »no » center_content= »no » min_height= »none »]

Etienne Cail, peinture contemporaine et histoire.

© Etienne Cail, peinture contemporaine et histoire.


Yue Minjun

Yue Minjun, peinture contemporaine et histoire.

© Yue Minjun, peinture contemporaine et histoire.


A lire aussi:

Thierry Grizard | Artefields.

Thierry Grizard | Artefields.

Webmaster et auteur.

Artefields, couvre à travers un fil d’actualité fourni et quotidien l’ensemble des expositions à Paris, en France et pays francophones, mais aussi les grands évènements internationaux. Les champs d’intérêts sont essentiellement les arts plastiques, en allant de la peinture aux installations en passant par la sculpture. Nous nous efforçons également de découvrir ou soutenir d’un point de vue rédactionnel de nouveaux talents. Les articles de fond, ou analyses tentent de prendre un peu de distance relativement à l’actualité artistique afin de mieux éclairer cette dernière. De nombreuses galeries d’images sont à la disposition du lecteur qui pourra se faire une première idée du travail des artistes concernés. La ligne éditoriale ne se veut néanmoins pas exhaustive et revendique une part inévitable de subjectivité.