Ronan Barrot

Exposition à l’église des Célestins du 8 au 9 juillet 2017.

Ronan Barrot, art contemporain, artiste peintre, Festival d’Avignon, église des Célestins | Article publié par Thierry Grizard le 13 juillet 2017.

Ronan Barrot expose dans le cadre du Festival d’Avignon 2017 à l’église des Célestins. Le corpus exposé est un ensemble de toiles réalisées antérieurement au Festival et donc pas spécialement destinées à l’occasion, mais qui paradoxalement, s’accordent très bien avec le lieu. En effet, l’austérité monumentale et âpre de l’église du 14°/15° siècle résonne parfaitement avec le caractère originel, presque primal de l’œuvre du peintre.

ronan barrot, exposition, artiste peintre, courbet, festival avignon, eglise des celestins, 2017

© Ronan Barrot. Photographie © Christophe Raynaud de Lage.

Pour Ronan Barrot la peinture est une transformation perpétuelle, une gestation sans fin, certes comme beaucoup d’autres peintres mais de manière très délibérée chez l’artiste breton. Certains poursuivent une idée qui suit son chemin sur la toile et s’en approche ou s’en éloigne. Chez Ronan Barrot la surface, exactement comme chez les peintres de l’abstraction, est le champ même de la peinture, mais chez cet héritier assumé de Courbet, le lien avec le réel sensitif, voire sensuel est conservé.

Il y a trop à dire de la perception du réel pour y renoncer. Il a donc nécessite de revenir sur tout ce qui a été peint, déjà, et recommencer y compris sur ses propres toiles que Barrot reprend constamment pour passer d’un prétexte narratif à un détail qui s’en éloigne définitivement par glissements picturaux successifs, ceux du geste et de “l’instinct” du peintre et aussi de son histoire personnelle. Le motif est absorbé dans le geste mais des fragments de la narration demeurent après la genèse et procure à la toile une intention mystérieuse et plus ou moins indéchiffrable et perdue.

D’ailleurs dans cette exposition à l’église des Célestins on peut voir en guise de gisant des vanités (Vanity case) sous formes de 48 cranes qui sont comme autant de dérivations plastiques.

ronan barrot, exposition, artiste peintre, courbet, festival avignon, eglise des celestins, 2017

© Ronan Barrot. Photographie © Christophe Raynaud de Lage.

Il y a aussi “Fouille rouge” deux figures sur un fond rouge très dense, très sanguin, presque tauromachique, voire “vaticanesque” qui a servi à l’affiche du festival d’Avignon 2017. Ces deux figures oscillent de la mise en croix à l’enlacement sans que l’on puisse dire si il s’agit d’une même figure en plusieurs temps ou de deux “personnages” qui s’incrustent de manière sculpturale.

ronan barrot, exposition, artiste peintre, courbet, festival avignon, eglise des celestins, 2017

On peut aussi redécouvrir “Le Nautonier” et bien d’autres pièces avec toujours la même inspirations issue en droite ligne de Courbet.


En savoir plus sur Ronan Barrot voir notre article ICI.


Ronan Barrot | Eglise des Célestins

Du 6 au 24 juillet 2017.

Ronan Barrot

FIAC 2016

Ronan Barrot

Oeuvres

ronan barrot, exposition, artiste peintre, courbet, festival avignon, eglise des celestins, 2017
ronan barrot, claude-bernard, peinture, art-contemporain, gustave-courbet, realisme.612
ronan barrot, claude-bernard, peinture, art-contemporain, gustave-courbet, realisme
ronan barrot, claude-bernard, peinture, art-contemporain, gustave-courbet, realisme, courbet, art-paris-art-fair, 2016, paris, france

A voir aussi

Thierry Grizard | Artefields.

Webmaster et auteur.

Artefields, couvre à travers un fil d’actualité fourni et quotidien l’ensemble des expositions à Paris, en France et pays francophones, mais aussi les grands évènements internationaux. Les champs d’intérêts sont essentiellement les arts plastiques, en allant de la peinture aux installations en passant par la sculpture. Nous nous efforçons également de découvrir ou soutenir d’un point de vue rédactionnel de nouveaux talents. Les articles de fond, ou analyses tentent de prendre un peu de distance relativement à l’actualité artistique afin de mieux éclairer cette dernière. De nombreuses galeries d’images sont à la disposition du lecteur qui pourra se faire une première idée du travail des artistes concernés. La ligne éditoriale ne se veut néanmoins pas exhaustive et revendique une part inévitable de subjectivité.