2 min read

Damien Hirst à la galerie Gagosian, Paris

Damien Hirst, exposition à la galerie Gagosian, Paris. Cathedrals Built on Sand.
Damien Hirst à la galerie Gagosian, Paris

Cathedrals Built on Sand

Je ne comprends pas pourquoi la plupart des gens croient en la médecine et ne croient pas à l’art, sans jamais les remettre en question.
—Damien Hirst

Gagosian est heureuse de présenter Cathedrals Built on Sand, la plus importante exposition de Pill Cabinets de Damien Hirst à ce jour. L’exposition est présentée concomitamment à Cherry Blossoms, visible du 6 juillet 2021 au 2 janvier 2022 à la Fondation Cartier pour l’art contemporain à Paris, marquant ainsi la première exposition muséale personnelle de Hirst en France. Pour cette série sculpturale majeure, Hirst a rempli des vitrines murales en disposant des pilules – certaines réelles, certaines fabriquées à partir de résine, de métal ou de plâtre. Mêlant art et science, les Pill Cabinets interrogent les limites de la croyance humaine et confrontent la foi de la société dans les pharmacopées comme une panacée. Les œuvres ont pris une nouvelle importance pendant la pandémie de COVID-19, témoignant de la nature durable et prémonitoire des créations de Hirst. Prototype for Lies (1998), l’œuvre qui a inauguré cette série, est présentée dans l’exposition. Dotée d’étagères ouvertes en medium, la sculpture imprègne le quadrillage stérile rempli de pilules d’une certaine chaleur. Les Pill Cabinets, dans leur ensemble, ont évolué à partir des premiers Medicine Cabinets de Hirst, dans lesquels des emballages pharmaceutiques vides sont disposés sur des étagères, imitant les vitrines que l’on peut voir dans une pharmacie. Cliniques et pragmatiques, mais inextricablement liés au corps humain, les Medicine Cabinets rapprochent l’intérêt de Hirst pour les formes post-minimalistes des critiques des produits commerciaux inspirées du Pop Art. Contrairement à celles-ci cependant, les Pill Cabinets se déploient en variations chromatiques ludiques qui sont d’autant plus saisissantes de par les formes simples et les bords arrondis des capsules se situant au cœur de chaque œuvre. Imprégnant ces formes sculpturales épurées de ce que Hirst appelle « une couleur minimaliste délicieuse », les installations évoquent les origines industrielles des nuanciers de Gerhard Richter, mais aussi l’intimité et la sérialité des compositions de bonbons de Felix Gonzalez-Torres. Les pilules font partie du vocabulaire artistique de Hirst depuis des années ; il est attiré par leur pouvoir de convaincre, leur combinaison symbolique de remède et de risque faisant d’eux le sujet idéal pour sa réflexion dichotomique. Bien que le grand nombre de pilules dans chaque vitrine soit conçu pour susciter un sentiment d’émerveillement, il soulève également des questions morales sur la marchandisation des soins médicaux. Les Pill Cabinets présentent le médicament comme une sorte d’objet fétiche ; sorti de son emballage et disposé pour la consommation individuelle, chaque modeste comprimé apparaît plein de promesses – un gage de confiance séduisant entre le patient et les institutions médicales anonymes qui dictent le bien-être de chaque individu.

Communiqué de presse de la galerie Gagosian, Paris.

L'art minimaliste, conceptuel et relationnel
Galerie Gagosian

8 juin - 22 septembre 2021