2 min read

Gregory Crewdson The Beckett pictures

Gregory Crewdson appartient à la mouvance de la "stage photography". Une photographie inspirée du cinéma et qui met en scène l'étrange, le quotidien, etc.
Gregory Crewdson The Beckett pictures

Suspensions cinématographiques

Gregory Crewdson présente sa dernière série de photographies “Cathedral of the Pines”, à la galerie Gagosian, New York.

Crewdson met en scène une Amérique dont l’étrangeté doit bien plus à la tradition littéraire, picturale et cinématographique qu’à la réalité sociale. Il y a à la fois une mise en abîme par la représentation du réel via le fictif, mais aussi par la profusion de détails et l’aspect acéré de la prise de vue à la chambre grand format, ou encore l’intrusion presque systématique du fantastique.

gregory crewdson, photography, cathedral-of-the-pines
© Gregory Crewdson. Série: « Cathedral of the Pines ». Courtesy Gagosian gallery.

Gregory Crewdson est un photographe qui fait dans la démesure, (la plupart de ses photographies sont réalisées entièrement en studio), pour récréer du banal dans toute son étrangeté. L’influence de Jeff Wall dans le travail de Gregory Crewdson est évidente, mais alors que Jeff Wall reste allusif dans la part de mystère propre à ses clichés, Crewdson est plus explicitement cinématographique et fantastique.Chez Gregory Crewdson il y a l’étrangeté de David Lynch et le temps suspendu de Edouard Hooper associé à la précision mais aussi la froideur et la richesse de détail d’un Jeff Wall. Cependant alors que Jeff Wall ou Philip-Lorca diCorcia partent d’une démarche critique de la représentation et d’un contexte social. Gregory Crewdson est plus manifestement spectaculaire. Il est moins descriptif et bien plus onirique.

Cet article est réservé aux abonnés Premium