1 min read

Max Beckmann l’Enfer des oiseaux

Max Beckmann, Hölle der Vögel (l'Enfer des oiseaux) en vente chez Christie's est parvenu au marteau au prix record de 40,8 M€
Max Beckmann l’Enfer des oiseaux

L’enfer des oiseaux

En 1937 Max Beckmann considéré par les nazis comme « peintre dégénéré » se voit contraint de quitter l’Allemagne. Hölle der Vögel (l’Enfer des oiseaux) est l’une des œuvres qu’il réalisa lors de son exil à Amsterdam.

Il s’agit d’une allégorie explicite où des hommes sont torturés par des oiseaux faisant le salut nazi. Au centre une femme chtonienne monstrueuse à la poitrine ornée de quatre seins et exécutant également le salut hitlérien galvanise et abreuve de sa haine et son aveuglement le peuple galvanisé hystérique et fasciné des oiseaux. Le tout dans un espace clos, sursaturé aux couleurs criardes dans une composition concentrique et pleine d’accessoires disposés à la renverse.

Cet article est réservé aux abonnés Premium