8 min read

Philip-Lorca diCorcia, un photographe disruptif

Philip-Lorca diCorcia, est un photographe américain qui témoigne de la post-modernité à partir de savantes mises en scène et procédures de captures.
Philip-Lorca diCorcia, un photographe disruptif

Philip diCorcia de la mise en scène à la procèdure

Philip-Lorca diCorcia est un photographe américain qui aime pratiquer l’ambiguïté. Il exerce de front deux activités qui peuvent parfois s’avérer conflictuelles. Il est à la fois photographe publicitaire, (depuis le début des années 1980, il effectue des travaux de commande pour des magazines tels qu’Esquire, Fortune ou Details), et artiste plasticien.

Concernant son engagement artistique, celui-ci porte indéniablement la marque stylistique des magazines. C’est intentionnel, ce photographe a pour sujet exclusif le monde urbain, dont Hollywood et les marginaux qui gravitent à la périphérie de l’image glamour de la cité du cinéma. Il montre ainsi, dans des mises en lumière très étudiées, marquées du sceau de l’artifice, les marges, la classe moyenne déclassée ou ennuyée, les laissés-pour-compte d’un univers factice à la narration bien huilée. Philip-Lorca diCorcia est un artiste disruptif mettant en doute la représentation sociale dominante, comme le medium lui-même qui permet de véhiculer ces façades sociales aux arrière-cours nauséabondes et douteuses.

philip-lorca-dicorcia_american-photographer_boston-school

Le « groupe » de Boston et Philip-Lorca diCorcia

Philip-Lorca diCorcia est, en général, affilié à un groupe de photographes désignés sous le nom de Boston School. Les Five of Boston, à savoir Nan Goldin, David Armstrong, Mark Morrisroe, Jack Pierson et Philip-Lorca diCorcia lui-même, se sont rencontrés durant leurs études au School of the Museum of Fine Arts de Boston. C’est à peu près leur seul trait commun, si ce n’est tout de même un intérêt partagé pour le malaise de la post-modernité et une description intimiste, qui soit proche du sujet photographié. Quant aux styles, techniques et influences chacun a emprunté des chemins très disparates.

Cet article est réservé aux abonnés Premium