Andres Serrano

Andres Serrano, photographie, art contemporain, exposition, musée du Petit palais | Publié par Thierry Grizard le 15 octobre 2017. 

Images de l’exposition Andres Serrano au musée du Petit Palais

Le musée du Petit Palais met en dialogue sa collection permanente avec des artistes contemporains, en l’occurrence Andres Serrano. C’est d’autant plus pertinent et effectif que le sulfureux photographe américain a toujours conçu son travail comme une oeuvre picturale et qu’il s’est ouvertement inspiré de l’art baroque et classique notamment Caravage, David.


En savoir plus voir notre article monographique


ANDRES SERRANO

Musée du Petit Palais

Du 7 octobre 2017 au 14 janvier 2018

Commissariat : Susana Gállego Cuesta, conservatrice en chef, chargée du service des expositions du Petit Palais, sur une proposition de Constance Dumas, directrice de la Galerie Nathalie Obadia à Bruxelles.”


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum

Mary (Nomads), 1990 ©Andres Serrano, Courtesy de l’artiste et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

©Andres Serrano. “Ahmed Osoble”. Série: “Denizens of Brussel”, 2015.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

©Andres Serrano. Série : “Residents of New York”. “Ryan McMahon and Shelly Cornetta McMahon”, 2014.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

©Andres Serrano. “Crucifixion I” (Holy Works), 2011. Courtesy Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles. Exposition au musée du Petit Palais, Paris, 2017.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

Debbie Tsosie, Navajo (Native Americans), 1996 ©Andres Serrano, Courtesy de l’artiste et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

“Jack RainMaker-Munsee Lenape”, (Native Americans), 1996 ©Andres Serrano, Courtesy de l’artiste et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.


Andres Serrano

© Andres Serrano.


andres serrano, petit palais, photography, exhibition

© Andres Serrano.


Andres Serrano, musée du petit palais, exposition

© Andres Serrano.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

© Andres Serrano.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

© Andres Serrano.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

© Andres Serrano.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

© Andres Serrano.


andres-serrano,-photography,-exhibition,-petit-palais,-museum,-piss-christ,-barroque,-classique,-museum,-painting

© Andres Serrano.


Andres Serrano le moraliste

“La carrière d’Andres Serrano s’est construite, dès ses débuts en 1987, sur le scandale, spécifiquement avec la représentation d’un Crucifix immergé dans l’urine. Or quand on prend le temps de considérer la cohérence de son travail on réalise que l’artiste américain est plus polémique au sens étymologique que provocateur et encore moins transgressif.

andres serrano, photography, immersions, contemporary art

© Andres Serrano. “Piss Christe”, 1987.

Il aborde avec constance, dans une manière esthétisante et théâtrale, des questions sociales et éthiques qui sont considérées par nombre comme tabous ce qui a pu conduire les esprits peu attentifs à penser qu’il n’était soucieux que de susciter l’indignation.
Ce qui il y a probablement de plus dérangeant ici, c’est d’aborder des sujets difficiles, considérés comme vulgaires ou profondément refoulés comme des tableaux de maîtres de la peinture classique. Andrés Serrano monumentalise par la picturalité et le format de ses photographies des sujets voués à la forclusion. Cette forme d’éloquence visuelle introduit l’écart et déporte le sujet dans un registre que la bienséance ou l’hypocrisie sociale lui refuse habituellement […]”

>>> La suite dans notre article monographique.

Voir aussi

Photographie et art contemporain

photographie, contemporary art, thomas ruff