ARAKI

Nobuyoshi Araki, photographie, carnet intime, exposition, musée Guimet | Publié par Thierry Grizard le 7 juin 2016.

Une mythologie de l’intime


Araki: « La photographie est en fait une parodie du monde. C’est une parodie du je. »


araki, nobuyoshi araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.


On ne sait pas si Araki est un machiste, un réel érotomane, ou un habile metteur en scène d’une mythologie personnelle.


nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.


Nobuyoshi Araki, Une mythologie personnelle et apocryphe !

nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.

Il faut évidemment renoncer à la disjonction et accepter le tout de ces positions plus ou moins contradictoires, tout du moins dans le monde conceptuel. Car c’est certainement là que gît la clé. La vie n’est pas logique. Et Araki est un maître quand il s’agit de saisir avec espièglerie l’entremêlement confus et énergisant de la mort et la vie, de la dissimulation et la sincérité. D’autant plus que pour l’artiste japonais la photographie est une fiction, un récit propre à développer son autofiction paradoxale car chez lui le récit est en porte-à-faux permanent avec lui-même.

Une vision de la sexualité sans érotisme

Il est par exemple bien possible que ces femmes ficelées soient chosifiées, mais ce n’est pas ce qu’on ressent en observant attentivement la plupart des clichés du photographe japonais. Ces femmes ne sont pas lascives et vous regardent sans exprimer quoique ce soit. Plutôt impénétrables, elles restent elles-mêmes. Offertes à notre regard. Ce qui leur octroie une présence aussi insondable que notre incapacité à leur donner une intention précise. De même D’ailleurs, la plastique presque baroque des compositions (en studio) est aplatie par un éclairage frontal et sans apprêt. Du coup on observe bien certains détails, mais ces femmes demeurent insaisissables, lisses jusqu’au pubis si graphique (Araki les retouche en post-production) qu’il en perd sa connotation sexuelle.

Les « Kinbaku »

nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.

Ces photographies de « bondage », ces « Kinbaku » sont des paradoxes savamment agencés, bien qu’une fois le décor planté Araki travaille dans la plus grande improvisation. Autant les séries « Voyage Sentimental » et « voyage d’hiver » qui narrent l’approche de la mort de la femme d’Araki sont fortement marqués par le pathos, autant les femmes suspendues sont abstraites sans qu’il y ait pourtant de formalisme dans la composition et le traitement des épreuves. Le paradoxe persiste, car aussi distanciés que soient ces nus sans réelle sensualité, le regard des modèles est saisissant d’intensité. C’est le propre des grands photographes de savoir capter instinctivement l’instant où quelque chose vibre. Le comble est que ces femmes réifiées en apparence ne manquent pas d’aplomb et échappent ainsi au voyeurisme d’Araki, comme à celui du regardeur. Le jeu s’est installé et il est réciproque. Araki semble donc avoir noué une telle complicité avec les modèles, (qui se bousculent innombrables au casting), qu’ils s’offrent en étant là tout simplement dans des jeux sexuels dont finalement le modèle/objet devient le pivot autour duquel Araki gravite. Finalement des grands clichés en couleur de bondages on ne se souviendra que du noir des yeux et des pubis soigneusement « peignés ».

Eros et Thanatos.

nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.

Cependant un des légers reproches que l’on puisse faire à cette exposition au musée Guimet est d’être un peu trop lisse, trop “arty”. On ne voit pas ou peu ou mal (vitrine de Polaroïds étalés pêle-mêle et trop éloignés du regard, etc.) tous les clichés festifs, presque puérils, potaches et salaces, voire un peu “beaufs” des années 70 à 90. Dans ces séries Araki faisait mine de témoigner de la vie nocturne à Tokyo. Il publiait pour Playboy Japon et réalisait des reportages sur le monde de la production pornographique. Mais il s’empressait dans le même temps de brouiller les pistes par des datations fantaisistes ou en mêlant ces instantanés de soirées avinées avec de parfaites mises en scène en studio entouré d’une pléthore d’assistants et dans des décors montés de toute pièce.

Araki le clown tragique.

Il ne faut donc pas, comme le photographe lui-même, être trop naïf avec ces « fragments de vie ». Araki est un pitre, un clown tragique, parfois sincère, toujours voyeur et qui même lorsqu’il joue à nous abuser ne s’en cache pas. D’ailleurs, les mises en page des publications d’Araki sont parlantes à ce sujet, en effet elles fonctionnent fréquemment par collisions, disruptions spatiales et temporelles, quand on se ne rapproche pas quelques fois du collage surréaliste. Pour Araki ce désordre exprime au fond une forme de désespoir au pied léger.

Kaori Endo

nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.

Enfin, hormis la série autour de sa femme, une autre série photographique donne un éclairage plus profond et presque “romantique” du travail d’Araki. Il s’agit de tous les clichés de sa “muse” Kaori Endo où la gravité muette et juvénile du modèle imprègne l’image d’un caractère tragique. Ici on ne “rigole” plus, l’impermanence de la jeunesse, de la pureté, de la vie semblent marquer chacune des photographies.

Araki et la mort.

Il faut donc se méfier un peu de la machine médiatique bien rodée qu’est Araki, (il a publié plus de 450 livres au Japon), tout en ne boudant pas le talent du photographe qui a su rendre l’esthétique de la vie imprégnée de mort, de sexe, de futilité, de profondeur, d’impermanence et d’inconséquence, tout ceci dans une confusion inextricable. Araki semble très intime avec cette proximité de la mort/impermanence en toute chose, c’est l’extraordinaire force de son travail.


araki, nobuyoshi araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.


NOBUYOSHI ARAKI | Araki.

Musée Guimet.

Du 13 avril au 5 septembre, 2016.


nobuyoshi araki, araki, exhibition, solo-show, museum, guimet, photography, nude, japan, erotism, paris, 2016

© Nobuyoshi Araki.


Voir aussi:

Résumé
Nobuyoshi Araki, une mythologie de l’intime
Nom de l'article
Nobuyoshi Araki, une mythologie de l’intime
Description
Nobuyoshi Araki a fait de son travail photographique une mythologie personnelle en forme de journal photographique apocryphe.
Auteur
Editeur
Artefields.net
Logo