4 min read

Polly Penrose autoportrait en accessoire

La photographe anglaise Polly Penrose fait de son corps un accessoire prenant place dans des lieux abandonnés qui deviennent alors des sculptures visuelles
Polly Penrose autoportrait en accessoire

Polly Penrose, corps et lieux

“My body is a prop. » _ Polly Penrose

Polly Penrose, une photographe anglaise, fait de son corps de femme normale (c’est ainsi qu’elle se définit) un accessoire en réaction à un lieu, en général une demeure vidée de ses résidents.

polly-penrose_photography_body-of-work
© Polly Penrose

La photographe londonienne a commencé par pratiquer ses autoportraits à la sauvette dans des maisons en attente de nouveaux acquéreurs. La procédure était et est toujours la même.

En premier lieu, se renseigner et demander les autorisations d’usage auprès d’agences immobilières, en expliquant péniblement la finalité de sa démarche, jugée dans bien des cas, étrange voire dérangeante.

Puis se rendre sur place, s’imprégner du domicile désaffecté tout en étant attentive aux traces résiduelles, à la géométrie de la banalité des maisons de banlieue.

Enfin exécuter des clichés au retardateur, en une poignée de secondes, se précipiter, prendre la pose en cachant son visage et, dans la plupart des cas, obtenir un effet désastreux ou non désiré, accompagné d’hématomes ou petites blessures accidentelles.

Polly Penrose prend donc ses photos dans la lumière du jour, sans aucun moyen additionnel. Elle réagit au lieu, l’accessoirise avec son corps sans identité précise, et réalise l’idée dans l’urgence du retardateur photographique.

polly-penrose_photography_body-of-work
© Polly Penrose

Les images de Polly Penrose sont la résultante de performances, des autoportraits corporels anonymes, dénués d’ailleurs de tout érotisme. Si elle cache son visage c’est avoue-t-elle, parce qu’elle n’a pas le courage de se montrer comme personne et qu’en outre lorsque son visage apparaît accidentellement en raison de la précipitation de la pose, elle a toujours considéré que l’identification brisait le propos. En ceci elle s’inscrit dans la lignée de photographe tels que Ren Hang, Yung Cheng Lin, Pixy Liao ou Butz & Fouque.

Cet article est réservé aux abonnés Premium