Les flous de l’hyperréalisme chez Gerhard Richter

Gerhard Richter, art contemporain, artiste peintre allemand, photo réalisme, hyperréalisme | Publié le 14 juin 2015 par Thierry Grizard.

Gerhard Richter. Photo réalisme et hyperréalisme

Gerhard Richter dans ses « peintures photographiques » procède par dénégation du procédé qu’il emploie, à savoir la « manière » hyperréaliste.L’étrangeté de l’hyperréalisme de Richter est donc qu’il ne l’est pas.

gerhard richter, hyperréalisme, hyperrealism, photo réalisme, lesende

© Gerhard Richter. Wermeer de Delft.

Retranscription ou exploration du visible ?

Gerhard Richter ne retranscrit pas le réel, il l’explore. Ou plutôt il questionne l’image du visible. Ou encore il interroge dans une délectation virtuose le statut même de la représentation. Il part d’une photographie banale, il retranscrit son absence de qualité visuelle et dans le même temps surcharge l’imitation d’effets de glacis qui floutent l’image, de touches d’une finesse incroyables pour bien marquer le passage d’un médium à l’autre.

Il aboutit à réduire le contenu représenté à l’espace pictural lui même. La toile n’est plus une fenêtre sur le monde mais un cadre où s’abimer dans une méditation en boucle sur la représentation du réel.

Des « images » photo-réalistes sans piqué

Il offre aussi, assez malicieusement, le spectacle de sa virtuosité qui rentre en conflit direct avec la banalité du sujet. S’agit il d’une photographie sans qualité et granuleuse ou d’une peinture hyperréaliste s’éloignant dans les flous ?

Il y a aussi beaucoup d’humour et d’empathie dans ces œuvres apparemment assez austères. En effet, il s’agit assez souvent de scènes de la vie privé, vie de famille, photographies de vacances, de photographies nostalgiques du temps révolu. On y sent une empathie avec le sujet, une communauté de lien avec l’évènement représenté.

Les images de l’histoire

Mais dans le même temps il y a fréquemment une allusion explicite à l’histoire de l’art, en particulier de certaines grandes icônes de la culture, entre autres : la liseuse de Werneer, l’annonciation de Titien.

Évidemment les œuvres plus anciennes de Gerhard Richter sont plus graves, plus marquées par la relation de Gerhard Richter avec l’histoire allemande. C’est le cas pour les « portraits » d’Ulrike Meinhof, la seconde guerre mondiale et le nazisme. Cependant là encore on assiste à cette volonté de nier le motif en en faisant une matière picturale. La peinture l’emporte toujours sur le motif.

De l’ambiguïté

Donc oui Richter utilise ponctuellement les techniques de l’hyperréalisme, mais pour s’éloigner immédiatement du motif qui n’est au final qu’un prétexte pour insister sur l’ambiguïté de la représentation.


Voir aussi:


© Gerhard Richter.

Thierry Grizard | Artefields.

Webmaster et auteur.

Artefields, couvre à travers un fil d’actualité fourni et quotidien l’ensemble des expositions à Paris, en France et pays francophones, mais aussi les grands évènements internationaux. Les champs d’intérêts sont essentiellement les arts plastiques, en allant de la peinture aux installations en passant par la sculpture. Nous nous efforçons également de découvrir ou soutenir d’un point de vue rédactionnel de nouveaux talents. Les articles de fond, ou analyses tentent de prendre un peu de distance relativement à l’actualité artistique afin de mieux éclairer cette dernière. De nombreuses galeries d’images sont à la disposition du lecteur qui pourra se faire une première idée du travail des artistes concernés. La ligne éditoriale ne se veut néanmoins pas exhaustive et revendique une part inévitable de subjectivité.

Résumé
GERHARDT RICHTER, les flous de l'hyperréalisme
Nom de l'article
GERHARDT RICHTER, les flous de l'hyperréalisme
Description
Gerhard Richter est parfois assimilé au mouvement hyperréaliste (ou "photo realism") cependant si il reprend l'ascèse propre à ce mouvement artistique rattaché au Pop Art et son attitude critique à l'égard de l'image l'artiste peintre allemand s'en distingue par bien des points.
Auteur
Editeur
Artefields.net
Logo