MARKUS SCHINWALD, le disruptif

Markus Schinwald, plasticien, exposition, disruption, surréalisme | Publié par Thierry Grizard le 4 mai 2016

Art de l’entropie

Markus Schinwald, (né 1973) est un plasticien autrichien qui travaille sur l’identité, en particulier dans le champ de la Culture.

Il procède par “disruption” en introduisant de l’entropie dans les différents médiums de représentation du corps, de la personne sociale ou des signes de la Culture. Sur certains points ce plasticien pourrait se rapprocher de Michaël Borremans ou Markus Akesson, mais uniquement par le bizarre, l’utilisation de l’ellipse picturale. Pour le reste le travail de Schinwald porte essentiellement sur les signes et leurs glissements sémiologiques.

Les dysfonctionnements divers qu’utilise Markus Schinwald relèvent fréquemment du macabre, du démembrement ou de la déconstruction méthodique de certaines grandes représentations iconiques de l’Art.

Les représentations auxquelles il recourt sont puisées notamment dans l’imaginaire culturel collectif, on pourrait même dire dans l’art comme produit culturel, d’où ses références au 19e siècle, l’abstraction géométrique, la psychanalyse, les automates, etc.

Markus Schinwald a eu droit à de très nombreuses expositions personnelles. Il a été exposé au Palais de Tokyo en 2013 dans le cadre de l’exposition monographique: “Overture”.

markus-schinwald, plasticien, contemporary-art, art-gallery, thaddaeus-ropac, austrian

©Markus Schinwald. Courtesy galerie Thaddaeus Ropac.


Markus Schinwald à la FIAC 2017 à la galerie Gio Marconi

fiac, 2017, grand palais, art fair, paris, contemporary art, Markus Schinwald, Gio Marconi

© Markus Schinwald. Courtesy galerie Gio Marconi.


A voir aussi

thomas ruff, negative, photography, conceptual-art, art-contemporain, gagosian
/par

Thomas Ruff L’image photographique n’est-elle qu’un simulacre ?

Thomas Ruff depuis le début de sa carrière se concentre sur le médium photographique. Il analyse méticuleusement dans une esthétique propre à la Photographie Objective affiliée à l'Ecole de Düsseldorf la nature essentielle. Il en résulte un travail fascinant de déconstruction et de reconstruction à travers les grands usages de la photographie, notamment le portrait.