Ron Mueck et Sam Jinks

Dialogue avec les grands maîtres

Art contemporain, hyperréalisme, sculpture, Ron Mueck, Sam Jinks | Publié par Thierry Grizard le 22 mai 2017.


Ron Mueck

ron mueck, caravage, sculpture, hyperralism, christ

© Ron Mueck, “Youth”, 2009 | Le Caravage, “L’incrédulité de Saint Thomas”, 1601/1602.

Doit-on voir des similitudes ou le fruit du hasard dans les rappels historiques de ces quelques œuvres de Ron Mueck et Sam Jinks ?

Quand on sait que la sculpture pratiquée par Mueck exige un temps terriblement long d’exécution il est évidemment impossible d’imaginer que ces similitudes soient fortuites. D’autant plus que l’artiste australien a revendiqué ouvertement certaines filiations ou références, notamment concernant “L’Incrédulité de Saint Thomas” du Caravage et la version qu’il en donne avec “Youth” (voir notre article dédié à l’analyse de cette sculpture ici).

Donc pas de doute non plus touchant le dialogue qu’engage Mueck avec Arnold Böcklin et Lucian Freud.

Cette approche de pièces fort connues n’est d’ailleurs absolument pas superficielle.

Leigh Bowery et « Big Man »

ron mueck, lucian freud, big man, sculpture, hyperralism

© Lucian Freud, “Naked Man, Back View”, 1991/92 | © Ron Mueck, “Untitled (Big Man)”, 2000.

Concernant le tableau de Lucian Freud (Naked Man, Back View, 1991/92) l’œuvre de Mueck donne l’impression que nous sommes confrontés à un effet de miroir. En effet, le « Leigh Bowery de Ron Mueck » (le modèle) nous fait face et nous observe sans pudeur d’un regard sinon inquisiteur tout du moins direct, voire insistant. C’est un peu comme si l’artiste avait voulu nous montrer ce que cache ce dos à la plastique monumentale. Mueck a probablement dans ce cas voulu aussi inverser la relation de voyeurisme que suppose ce genre de situation.

De plus, l’hyperréalisme créer souvent une sorte d’intrusion brutale du réel qui en devient étrange, il creuse aussi une distance avec la dimension sculpturale de la figure. C’est donc comme un envers stylistique. Un trait caractéristique de la peinture de Lucian Freud est d’être précisément sculpturale, elle figure les modèles dans la matière, la pâte et le modelé, accuse les masses et les impacts de lumière, ce qui ne peut en aucun cas être le fait d’une sculpture illusionniste, rebelle par principe aux effets de style. « The big man » est donc une sorte d’inversion du tableau de Freud.

L’île des morts

ron mueck, arnold bocklin, ile des morts, sculpture, hyperralism

Arnold Böcklin, “L’Île des morts”, 1886 | © Ron Mueck, “Man in a boat”, 2002.

Concernant la référence au tableau de Böcklin (L’Île des morts, Die Toteninsel, 1886, version de Leipzig). nous sommes davantage dans une lecture complémentaire de l’île des morts. Dans le tableau elle est inaccessible, on entraperçoit un personnage de dos qui accoste. Mais la toile reste énigmatique. Or le sculpteur australien nous embarque vers l’île ou tout du moins il nous met dans la position de celui qui observe depuis l’île cet individu dévêtu qui approche. Le personnage dans la barque regarde ostensiblement au lointain, de côté, il tente de mieux cerner ce qui est en train de se produire, de saisir ce qui advient du passager précédent. Nous sommes les spectateurs omniscients de cet aller retour. Mueck essaie en quelque sorte de compléter le récit allégorique de Böcklin. Il en donne une lecture presque dénuée de symbolisme. On ne sait pas ce que fait cet homme nu dans une barque. Mueck répond à la métaphore mystérieuse du peintre suisse par une autre charade, mais bien plus prosaïque.

Sam Jinks

sam jinks, michel ange, pieta, sculpture, hyperralism, christ

© Sam Jinks, “Still Life (Pieta)”, 2007.

Sam Jinks qui a longuement travaillé avec Ron Mueck ne déroge évidemment pas à cet usage habituel dans les arts plastiques de dialogue avec les grands maîtres. En outre, il s’agit dans chacun de ces cas de figures d’œuvres mondialement connues au point d’en être devenues pour certaines des clichés difficile à voir d’un oeil vierge.

Jinks quant à lui se réfère avec “Still Life” à la “Piéta” de Michel Ange. Il nous propose une vision terriblement banale et réaliste de la mort. A contrario de Michel Ange, il n’y a ici aucune stylisation, pas davantage de sublimation mais le chagrin brut, la perte, la décrépitude. Le salut semble être refusé. On est englué dans l’absence de réponse spirituelle à la perte.

Jinks inverse aussi les rôles et les genres. La mère prend la place du Christ, le fils se substitue à la Vierge. Le fils porte sa mère, ou plutôt du point de vue du sujet religieux il la « dépose » sans espoir de salvation. La mise en place relève de la tradition religieuse, c’est une déposition tout à fait classique, mais le traitement est résolument profane. C’est une mort sans transcendance.

En outre les “styles” sont diamétralement opposés. Le sculpteur hyperréaliste pas définition comme on l’a vu précédemment rejette le style. Tout du moins dans le courant que représentent ces deux artistes australiens. En effet, à la suite des hyperréalistes “classiques” Mueck et Jinks compris, une nouvelle vague a vu le jour qui se caractérise par des effets d’hybridations, mais aussi une forme d’expressionnisme, voire un caractère baroque dans les excès et le mouvement. (Voir notre article ici).

On constate donc avec Sam Jinks le même effet de miroir que dans le travail de Ron Mueck et ceci jusqu’aux valeurs qui sont suggérées par la “mise en scène”. Cette pièce est saisissante de véracité psychologique sans tomber pourtant dans la complaisance.

Ce que nous offrent les deux artistes, c’est une approche neuve et quelque peu ironique de chef-d’œuvres galvaudés mais dont ils reconnaissent, avec une certaine irrévérence, la valeur intrinsèque et universelle.


ron mueck, caravage, sculpture, hyperralism, christ-2

© Ron Mueck, “Drift”, 2009.


michel ange, pieta, sculpture, baroque, christ

Michel Ange, “La Pietà”, 1498.


ron mueck, sam jinks, hyperrealism, sculpture, art, contemporary art


Voir aussi:


Repères chronologiques:

Ron Mueck:

  • 1958: Naissance à Melbourne, Australie.
  • 1986: Travaille pour le cinéma aux effets spéciaux.
  • 1990: Fondation de sa société de modèles en résine pour les effets spéciaux publicitaires.
  • 1997: Exposition: “Sensation : Young British Artists from the Saatchi Collection”, Royal Academy of Arts. Présentation de “Dead Man”.
  • 2001: 49e Biennale de Venise: présentation de “Boy”.
  • 2002: “Man in a boat”.
  • 2009: Youth.

Sam Jinks:

  • 1973: Naissance à Bendigo, Victoria, Australie. Vit et travaille à Melbourne.
  • 2005 Distortions, West Space Inc., Melbourne.
  • 2011 Sam Jinks: Pieta, Gippsland Art Gallery.
  • 2013 Sam Jinks, Art Stage Singapore, Sullivan+Strumpf, Marina Bay Sands, Singapore.
  • 2015 “True to Life”, Landesmuseum, Hanovre, Allemagne.
  • 2016 “Reshaped Reality”, Institut für Kulturaustausch, Museo de Bellas Artes de Bilbao, Bilbao, Espagne.

Thierry Grizard | Artefields.

Webmaster et auteur.

Artefields, couvre à travers un fil d’actualité fourni et quotidien l’ensemble des expositions à Paris, en France et pays francophones, mais aussi les grands évènements internationaux. Les champs d’intérêts sont essentiellement les arts plastiques, en allant de la peinture aux installations en passant par la sculpture. Nous nous efforçons également de découvrir ou soutenir d’un point de vue rédactionnel de nouveaux talents. Les articles de fond, ou analyses tentent de prendre un peu de distance relativement à l’actualité artistique afin de mieux éclairer cette dernière. De nombreuses galeries d’images sont à la disposition du lecteur qui pourra se faire une première idée du travail des artistes concernés. La ligne éditoriale ne se veut néanmoins pas exhaustive et revendique une part inévitable de subjectivité.

Résumé
Ron Mueck et Sam jinks dialoguent avec les grands maîtres
Nom de l'article
Ron Mueck et Sam jinks dialoguent avec les grands maîtres
Description
Ron Mueck, Sam Jinks dialoguent avec les grands maîtres, Le Caravage, Michel Ange et Arnold Böcklin. Un échange qui renouvelle le sens de ces chefs d'œuvres.
Auteur
Editeur
Artefields
Logo