6 min read

Dirk Braeckman le réel en échelle de gris

Dirk Braeckamn est un photographe plasticien belge qui à travers une infinité de nuances de gris tente de rendre la surface sensible et sensuelle du réel.
Dirk Braeckman le réel en échelle de gris

Dirk Braeckman, lieux et surface photographique

Photo Painting et minimalisme photographique

Dirk Braeckman, (né en 1958, vit et travaille à Gand, Belgique), est un photographe plasticien belge qui, de manière paradoxale, applique à son médium la ligne programmatique du peintre allemand Gerhard Richter.

En effet, Gerhard Richter avec le Réalisme Capitaliste et ses « Photo Painting » souhaitait en se soumettant à la reproduction de photographies banales, (sans qualité esthétique), se déprendre autant que possible de tout subjectivisme et du pathos propre à l’expressionnisme figuratif ou abstrait en vogue dans les décennies précédant les prémices de sa carrière. Gerhard Richter souhaitait appliquer à la peinture dans ses qualités figurales et sa surface même certains des principes du minimalisme, tout en restant viscéralement attaché à son médium, comme à l’idée de figuration picturale en tant que surface de représentation.

dirk-braeckman_photography_belgium_grayscale
© Dirk Braeckman

Le lieu, le temps et le laboratoire

Or, précisément, Dirk Braeckman pratique la photographie non pas pour reporter quoique ce soit du référent mais pour les qualités mêmes de la surface photographique, en ceci il a en commun avec Sally Mann (voir notre article), tout du moins dans ses premiers travaux, l’approche sensualiste du tirage photographique, à la lisière du pictorialisme. Mais contrairement à la photographe américaine entièrement guidée par l’empathie et une sorte de panthéisme romantique, Dirk Braeckman procède, à l’image du minimalisme et du mouvement Support Surface, par réduction aux « principes » du médium. Il en résulte que le sujet de la photographie, ce qui est capturé et représenté, n’a pas nécessairement un rôle essentiel. Pour le photographe gantois l’objet de l’image photographique n’est pas l’objet photographié mais le plan de projection sur lequel vient s’imprimer, puis se révéler un lieu et un temps.

Cet article est réservé aux abonnés Premium