3 min read

Le mystère Michael Borremans

Michael Borremans peint des tableaux comme des "vedute" qui en guise d'ouverture, de perspective offrent des miroirs réflexifs.
Le mystère Michael Borremans

Tableau et « veduta »

Michael Borremans veut que la tableau —cadre ouvrant sur une perspective, un point de vue, une fenêtre— soit un noeud, quelque chose qui arrête le regardeur et suspend l’attention en subjuguant l’entendement. Le tableau doit donc être selon lui une fenêtre miroir qui boucle sur elle même.

La rhétorique du tableau

michael borremans, borremans, artiste belge, artiste peintre, art, art contemporain
© Michaël Borremans.

Le paradoxe est que cet effet est obtenu par le truchement d’un jeu intellectuel qui consiste à rechercher —pour parler moderne et non surréaliste— la disruption. Il pourrait donc y avoir chez Michael Borremans, dans l’évident héritage surréaliste belge, (Magritte le disruptif par excellence, Delvaux l’étrange et la banalité du quotidien, etc.), un jeu conceptuel sinon littéraire. Comme dans le surréalisme on observe chez Borremans non pas de la narration ou de la discursivité mais un télescopage en un moment unique. Cependant avec le peintre belge on sent bien que cette perpective de lecture est franchement insuffisante, et que par ailleurs il s’en méfie.

Le temps arrêté du tableau chez Michael Borremans

Pas vraiment de narration donc mais un moment disruptif qui se situe dans une suite d’évènements. On est décontextualisé.

Toutefois, si il n’y souvent pas de fil temporel ou de topos dans les œuvres de Michaël Borremans , il y a presque toujours une action figée. La peinture figurative « représente » par principe toujours une scène censée être à un moment T. On sait bien néanmoins que cette figuration ne peut être qu’une allégorie, l’illustration d’une idée, d’un message moral ou historique.

michael borremans, borremans, artiste belge, artiste peintre, art, art contemporain
© Michaël Borremans.

La suite de cet article est réservé aux abonnés Premium et standard