4 min read

Lee Price, les selfies hyper réels de la junk food

Junk Food et description hyper réelle de la compulsion voici le thème de la série d'autoportraits réalisés par Lee Price depuis bientôt 7 années.
Lee Price, les selfies hyper réels de la junk food

Lee Price, la compulsion mise en scène

Lee Price : « I’m painting about compulsive activity. »

Lee Price est une artiste peintre américaine qui à travers des autoportraits hyperréalistes tente, dans une série entamée depuis plus de 7 ans, de représenter le rapport qu’on les femmes occidentales à la nourriture. Mais pas seulement, Lee Price dit vouloir aussi rendre compte de la compulsion en général, de ce besoin de se rassurer, de fuir en sachant que c’est une échappatoire promise à l’échec.

Depuis 2016, l’artiste hyperréaliste a également inaugurée une série, intitulée « Surfacing », qui prolonge les pièces « à la baignoire ». Si la nourriture et la compulsion boulimique ne sont plus représentées, le sujet central demeure identique, à savoir, le rapport narcissique et régressif au corps, représenté en l’occurrence par l’immersion dans le liquide « amniotique » et lustral du bain indéfiniment prolongé.

lee-price, complusion, hyperrealisme, artiste-peintre, painting, art-contemporain, photography
lee-price, complusion, hyperrealisme, artiste-peintre, painting, art-contemporain, photography
lee-price, complusion, hyperrealisme, artiste-peintre, painting, art-contemporain, photography

Lee Price veut montrer, ou plutôt de son propre aveu, elle éprouve le besoin impérieux de figurer à travers l’acte de boulimie, les coercitions sociales et psychologiques que subissent les femmes modernes. Pour l’artiste peintre les femmes sont, plus fréquemment que les hommes, victimes des représentations collectives, en l’occurrence celles de la femme active, mince, soignée, sportive, mère, attentive, amante et protectrice.

Cet article est réservé aux abonnés Premium