1 min read

Michael Borremans et Zurbaran

Michael Borremans et Zurbaran, une "vanité" énigmatique ! Une toile présentée chez Zeno X gallery à la Frieze London 2015.
Michael Borremans et Zurbaran

Michaël Borremans et saint François (de dos)

Michael Borremans et Zurbaran

Michael Borremans conçoit la peinture comme une mise en scène qui par le « sujet », chez lui toujours elliptique et donc énigmatique, agit tel un moyen de captation en vue d’abîmer le « regardeur » dans l’observation « longue ».

La toile est alors un nœud, selon les propos de l’artiste lui même. Ici un étrange Saint François qui nous tourne le dos, peut-être inspiré du Saint François de Zurbaran dont il y avait en 2014 une rétrospective au Bozar de Bruxelles. Une « vanité » de « vanité », un jeu de miroir sans issue et probablement une énigme sans autre réel objet que la peinture.

Cet article est réservé aux abonnés Premium