PHOTOGRAPHIE et Pandora, ornée de tous les dons


man-ray, mam, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets


Photographie !

De la reproduction au doute.

L’objet de cette exposition au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris est selon le communiqué de presse la photographie dans la perspective de la photographie plasticienne mais aussi en tant qu’outil technologique. On va donc du daguerréotype à l’extrapolation en 3D en passant par la microphotographie l’étude du mouvement par Muybridge et les expérimentations surréalistes.Un parcours intéressant au parti pris marqué et assumé mais qui fait du coup l’impasse sur bien des aspects de la eadweard muybridge, mam, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets photographie.

Rhizome.

En effet, la boite de Pandore qu’a ouverte la photographie n’est pas seulement celle de la fin de l’illusionnisme ou de l’authenticité ou encore de l’objectivité de l’outil.

On regrette donc un grand absent: l’image rhizomique, c’est à dire celle des réseaux sociaux qui tout en donnant une place inouïe à la photographie l’annule partiellement en l’absorbant dans l’image dématérialisée comme narration, autofiction, et signe adressé à une tribu, une communauté ou le « monde » « virtualisé ».

La boite de Pandore ultime !

L’image photographique partagée/manipulée/recrée de toute pièce/sans auteur avéré est devenue si prédominante qu’on aurait aimé voir cet ultime fruit de la boite de Pandore. Mais en considération de la perspective adoptée on ne peut en faire reproche à Jan Dibbets, le commissaire de cette exposition. Néanmoins, en parcourant cette proposition muséale on peut se demander si la photographie en tant que telle n’est pas morte. Ou doit on proclamer : « la photographie est morte vive la photographie »?

Où est l’objet ?

En effet,L’objet de la “photo” n’est donc plus tant le réel qu’un système sémiotique, (umwelt), où se mêle captation réelle et réappropriations sans signature. Le référent de la “photo” se dissout car l’objet de l’image c’est avant tout le signe à échanger. Au final la boite de Pandore n’a jamais été aussi largement ouverte. On attend donc l’au delà de cette exposition avec curiosité, ce pourrait être: “La boite de Pandore 2.0 et au-delà”.

Où est le medium.

L’image photographique n’est plus guère l’expérimentation du medium pour lui même. On serait tenter de dire que le téléphone connecté au capteur photographique surpuissant en a fait plutôt un outil visuel de narration. La photographie est devenue ouvertement productrice de signes, c’est maintenant un outil d’échange de signes de reconnaissance très souvent équivoques car polysémiques.etienne-leopold-trouvelot, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets


LA BOITE DE PANDORE | MaM.

Une autre photographie par Jan Dibbets. Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. Du 25 mars au 17 juillet 2016.


mam, exhibition, la-boite-de-pandore, pandora, photography, 2016, paris, france, jan-dibbets, man-ray, thomas-ruff, bernd-hilla-becher, boltanski, hiroshi-sugimoto


A lire aussi: 


©Les artistes.

Courtesy MaM, Paris


raoul-hausmann,dada,photography,dadaism,modern-art,museum,jeu-de-paume,vera-broido
/par

Raoul Hausmann l’oeil de Dada

Raoul Hausmann est un des fondateurs du mouvement Dada à Berlin, suite à son exil d'Allemagne en raison des persécutions nazis, il se consacre à la photographie tout en restant fidèle à Dada et sa manière positive de le concevoir qu'il a désigné par le terme de Sensorialité Excentrique.