12 min read

Richard Taurigny, un nouveau Benvenuto Cellini

Richard Taurigny, à propos d’un sculpteur rouennais entre la Vénétie et la Lombardie que l'on comparait parfois à Benvenuto Cellini.
Richard Taurigny, un nouveau Benvenuto Cellini

Richard Taurigny, « Comme un nouveau Cellini »

A propos d’un sculpteur rouennais entre la Vénétie et la Lombardie

« Il est curieux que l’Italie, même à la renaissance, empruntait à la France […]  ses sculpteurs en bois. C’était à notre ville de Rouen que l’Italie, patrie de tant de grands artistes, était allée emprunter un humble bahutier, Richard Taurigny. L’histoire de Padoue représente Richard Taurigny comme un nouveau Cellini, à raison de son talent d’abord, puis de son humeur peu sociable […]. Ricciardo Taurini scultor di legname eccellente […]. L’opera del Taurino può essere considerata come uno dei casi più curiosi della maniera francese nel Veneto […] ».

richard-taurigny,sculpture,bas-relief,renaissance,art-history,refrence

Un bas-relief en bois sculpté, attribué à un artiste issu probablement de l’atelier de Richard Taurigny Riccius Taurinus selon une transcription latine, et exposé à la vente chez un antiquaire italien, a attiré notre attention sur ce sculpteur français dont les sources historiques ne parlent qu’occasionnellement. Ainsi, des textes italiens et français évoquent cet artiste compte tenu de ses créations, notamment entre le XVIII° et le XIX° siècle, tandis que le siècle après, il semble être tombé dans l’oubli. Ces textes, sur lesquels nous revenons, ne livrent pourtant que très peu d’informations concernant sa vie et son travail. Et on doit être attentif à ne pas confondre le nom du sculpteur du XVI° siècle, transcrit en italien comme « Ricc(i)ardo Taurini(o) », avec le nom similaire d’un peintre connu plus tard.

Cet article est réservé aux abonnés Premium