Ron Mueck et Sam Jinks: l'effraction du réel

Ron Mueck et Sam Jinks: l'effraction du réel
2 min read
L'hyperréalisme n'a jamais été paradoxalement illusionniste, depuis ses origines il se caractérise par une mise en cause du réel tel qu'on se le représente.

L’hyperréalisme est une effraction du réel‌

Ron Mueck et Sam Jinks sont les deux chefs de file de l’hyperréalisme en sculpture. Ils poursuivent après Duane Hanson un travail d’effraction du réel.

Duane Hanson a axé la majorité de son travail sur la dénonciation des injustices sociales en portant les oubliés sous la lumière des musées. En procédant ainsi il ouvrait une fracture dans les codes de la représentation, le quotidien, la réalité sociale et économique sont brutalement transplantés dans un espace étranger. C’est une forme d’effraction qui décontextualise.

Ron Mueck et Sam Jinks jouent des mêmes ambiguïtés mais dans des registres  bien différents.

Le social est encore fréquemment là mais on est davantage dans un quotidien particulier plutôt que dans la réalité sociologique. Ces moments de la vie d’ordre privé sont néanmoins comme chez Duane Hanson isolés de manière drastique. Ils acquièrent dés lors une dimension universelle à connotation post-existentialiste.

En outre les sujets abordés et signifiés par des détails indirects font souvent appel à l’histoire de l’art et ses grandes thématiques: la mort (crucifixion, descente de croix, Pieta), la naissance, la déréliction, etc.

L’apparente intention de ces deux artistes est de dresser un portrait sans complaisance de la post-modernité et du désenchantement général. Les grands problèmes de l’art classique perdurent mais ils s’exposent sans espoir dans la dimension profane. C’est une vision très marquée par le pessimisme mais qui ne manque ni d’humour, ni de bienveillance pour les personnages qui sont mis en scène.‌

Voir aussi :


Ron Mueck, sélection d’œuvres :