Clicky

Erwin Olaf : Maître de la Photographie Narrative et de la Mise en Scène

La photographie d'Erwin Olaf est un astucieux mélange de sophistication et de provocations mêlant les genres pour mieux semer la confusion et créer de multiples tensions narratives

Erwin Olaf : Maître de la Photographie Narrative et de la Mise en Scène
Erwin Olaf photography

Biographie d'Erwin Olaf

Erwin Olaf Springveld, connu sous le nom d'Erwin Olaf, est un photographe néerlandais né le 2 juillet 1959 et mort le 20 septembre 2023. Sa carrière s'étend sur plusieurs décennies depuis les années 1980, couvrant à la fois des travaux de commande commerciale et des projets artistiques personnels.

Olaf a étudié le journalisme à l'École de Journalisme d'Utrecht, une formation qui a influencé son approche narrative de la photographie. Reconnu pour son esthétique soignée et sa capacité à mêler réalité et fiction, Olaf a gagné une renommée internationale pour ses contributions à la photographie d'art et commerciale.

Erwin Olaf, Série Deep Skin
© Erwin Olaf

Erwin Olaf, esthétique baroque, disruption et surréalisme

Erwin Olaf. Série : Palm Springs, 2018
© Erwin Olaf. Série : Palm Springs, 2018

Le travail d'Erwin Olaf se distingue par une esthétique riche et théâtrale, marquée par une lumière maîtrisée et des mises en scène élaborées rappelant la peinture classique. Ses photographies, souvent décrites comme cinématographiques, utilisent une mise en lumière sophistiquée, ouvertement artificielle, et des palettes de couleurs saturées — parfois à la frontière du monochromatisme — pour créer des atmosphères dramatisées.

Erwin Olaf. Série : Hope, 2005
© Erwin Olaf. Série : Hope, 2005

Olaf puise, de manière récurrente, son inspiration dans l'œuvre de peintres tels que Vermeer, Rembrandt, et probablement Vilhelm Hammershøi, s'appropriant leur usage de la lumière et de la composition pour conférer une manière baroque à ses images ainsi qu'une profondeur narrative spécifique de la peinture classique, qui cite et multiplie les plans de lecture possibles.

Vilhelm Hammershøi peintre du silence
Vilhelm Hammershøi peint l'architecture comme des vivants et les humains aussi muets que des objets, une œuvre à caractère intimiste et méditatif

Vilhelm Hammershøi peintre du silence

La série "Grief" (2007) tente d'évoquer l'intimisme et la mélancolie des portraits de Vermeer, tandis que "Hope" (2005) utilise des jeux de lumière dramatiques similaires à ceux de Rembrandt pour sculpter les visages et les corps, créant une tension entre lumière et obscurité, espoir et chagrin.

Erwin Olaf. Série : Grief, 2007
© Erwin Olaf. Série : Grief, 2007

L'esthétique hybride d'Olaf, entre mode et photographie conceptuelle

L'aspect artificiel des photographies d'Olaf est central dans son œuvre, où chaque élément est méticuleusement contrôlé. Les décors, les costumes, et même les expressions des modèles sont soigneusement choisis pour amplifier le message visuel. Cette approche permet à Olaf de narrer des histoires complexes, où le spectateur est invité à déchiffrer les multiples couches de signification.

Erwin Olaf. Série : Skin Deep, 201
© Erwin Olaf. Série : Skin Deep, 201

L'esthétique mise en œuvre s'apparente également à celle des magazines de mode dans le prolongement de l'activité professionnelle d'Erwin Olaf. Cette approche introduit un décalage, parfois assez violent, entre l'objet de la photographie et le motif. Un déploiement sémiotique qui oscille entre une esthétique baroque et un contenu pouvant évoquer des sujets clivants, tels que les questions de genres, d'orientation sexuelle, la déréliction, le consumérisme, la vacuité des modèles comportementaux véhiculés par les médias, le "jeunisme".

Erwin Olaf. Série : Mature, 1999
© Erwin Olaf. Série : Mature, 1999
Erwin Olaf. Série : Skin Deep, 2015
© Erwin Olaf. Série : Skin Deep, 2015
Erwin Olaf. Série : Skin Deep, 2015
© Erwin Olaf. Série : Skin Deep, 2015

C'est ainsi que Erwin Olaf n'hésite pas à télescoper la mort de Diana Spencer, la presse people, la mise en scène millimétrique de la famille royale et l'image de marque de Mercedes, tout ceci dans une composition digne des meilleures pages du magazine Vogue.

De même le photographe de mode et des accessoires de luxe s'amuse à représenter certaines marques en utilisant les codes de ce qui est susceptible de faire "scandale". Une voie d'ailleurs que les marques haut de gamme empruntent volontiers depuis quelques décennies. Casser les codes pour mieux se différencier est un des poncifs du marketing.

C'est un procédé qu'Olaf utilise à l'envi ! Créer des images paradoxales, "disruptives", ou pour emprunter, un peu abusivement, le langage de l'histoire de l'art, de "style surréaliste".

Erwin Olaf. Série : Royal Blood, 2000
© Erwin Olaf. Série : Royal Blood, 2000
Erwin Olaf. Série : Fashion Victims
© Erwin Olaf. Série : Fashion Victims

Erwin Olaf et l'art de la citation

La photographie d'Olaf est truffée de citations explicites ou plus ou moins dissimulées.

Les références au cinéma sont nombreuses qu'il s'agisse de la froide distance esthétique des films d'Alfred Hitchcock. Marnie ou Vertigo ne sont jamais très loin ! Ou des troubles et dislocations narratives de David Lynch. Là encore Lost Highway ou Blue Velvet semblent habiter constamment les images du photographe, ceci jusqu'aux plantes grasses, omniprésentes dans le cinéma de Lynch.

Erwin Olaf. Série : Hope, 2005
© Erwin Olaf. Série : Hope, 2005
Erwin Olaf. Série : Le Dernier Cri, 2006
© Erwin Olaf. Série : Le Dernier Cri, 2006

Certaines séries photographiques d'Erwin Olaf sont des reprises assumées du corpus de grands noms de la photographie.

La série Chessmen (1987-88) est, par exemple, une reprise des thèmes et de l'esthétique de Joel-Peter Witkin qui a consacré tout son travail aux hybridations les plus improbables.

Witkin, c'est en quelque sorte l'univers documentaire de Diane Arbus — qui s'est consacrée aux êtres en marge de la société, les nains, les trisomiques, les transsexuels, les "fous", etc. — couplé au surréalisme le plus morbide.

Erwin Olaf. Série : Chessmen, 1987-88
© Erwin Olaf. Série : Chessmen, 1987-88

On peut également déceler des influences plus discrètes chez Olaf, notamment le travail de Larry Sultan qui s'est évertué durant toute sa carrière à montrer que le médium photographique — la saisie hors contexte, l’isolement du cadre — est probablement un des plus ambiguës et trompeurs.

C'est ainsi que Larry Sultan réalise entre 1988 et 2002 une série de photographies (The Valley) de maisons bourgeoises de Los Angeles. Il se concentre pour partie sur les détails décoratifs, entre mauvais goût ostentatoire, réalité sociale et artifice. Or tous les lieux pris en photographie par Larry Sultan le sont en marge de tournages pornographiques utilisant la pompe des lieux.

Larry Sultan
© Larry Sultan. San Francisco Society

Nombre des clichés d'Erwin Olaf pourraient se réclamer de la démarche de Larry Sultan mais également de son esthétique baroque, fortement teintée d'ironie.

Dans la série Ladies Hats (1985-1994) le photographe convoque Robert Mapplethorpe. Il y a bien d'autres filiations à suivre, notamment Fellini, Andres Serrano, Cindy Sherman, etc.

Erwin Olaf. Série : Ladies Hats, 1985-1994
© Erwin Olaf. Série : Ladies Hats, 1985-1994

Parmi les constantes que l'on peut souligner dans ces hommages et citations, il y a l'obsession pour la peau, l'épiderme ; la corporéité ; le solipsisme ; ainsi que ce qui gravite autour des problèmes de l'identité et du genre.

Andres Serrano photographe et moraliste
La carrière de Andres Serrano s’est construite sur le scandale or l'artiste américain est surtout un polémiste imprégné de religion et de spiritualité

Andres Serrano photographe et moraliste
Cindy Sherman The Picture Generation
Cindy Sherman a fondé tout son travail sur le travestissement, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux

Cindy Sherman The Picture Generation
Photographie conceptuelle & narrative

Cindy Sherman The Picture Generation

Erwin Olaf et la Mise en Scène Photographique

Olaf est souvent associé à la Staged Photography, un genre où la mise en scène prévaut. Ses œuvres, caractérisées par une précision quasi-cinématographique, s'inscrivent pleinement dans cette tradition.

Free Trial

Créez un compte et accédez au contenu Premium gratuitement durant 5 jours.

Accès gratuit au contenu Premium