3 min read

Bruce Nauman à la Fondation Cartier

Bruce Nauman à la Fondation Cartier entre cris, impossibilités de communiquer et démantèlement l'artiste éprouve nos nerfs et notre indifférence sociétale.
Bruce Nauman à la Fondation Cartier

Bruce Nauma. Colère !

« Fondamentalement, mon œuvre est issue de la colère que provoque en moi la condition humaine. Ce qui me met en fureur, c’est notre capacité de cruauté, la faculté qu’ont les gens d’ignorer les situations qui leur déplaisent. Ce qui me fascine aussi, c’est de voir comment la colère ordinaire, et même la haine que l’on peut ressentir pour quelqu’un, se transforme en haine culturelle. » _ Bruce Nauman.


bruce nauman, anthro
© Bruce Nauman, Anthro / Socio (1991).

A deux pas de la Fondation Cartier, dans la rue Emile Richard qui longe le cimetière Montparnasse, il y a quelques SDF – mot bien aseptisé qui ôte jusqu’à la misère au clochard – certains alcoolisés maugréent, braillent des insultes ou vous lancent des regards torves. Ces invectives sonnent comme autant d’appels, des « feed me ! » « Help me ! » « Eat me ! » « Hurt me ! », etc.  dont l’installation de Bruce Nauman est comme le reflet glacial et minimaliste dans un édifice tout aussi acéré de la culture. Voilà à quoi fait penser cette installation, en çela elle a probablement réussi puisqu’elle nous interpelle. En effet, la pièce consiste en un concert vociférant et répétitif d’appels à l’aide d’un homme au visage crispé et projeté tantôt à l’endroit, tantôt à l’envers.

bruce nauman, carrousel
© Bruce Nauman, Carrousel.

Cet article est réservé aux abonnés Premium