3 min read

Jan Dibbets, l’art minimal et le moine Raban Maur

Jan Dibbets est ébloui en découvrant "Les Louanges de la Croix" un poème du 9° siècle de Raban Maur, il décide de faire partager cette fascinante découverte
Jan Dibbets, l’art minimal et le moine Raban Maur

Jan Dibbets, « Make It New » à la BNF

Quand le minimalisme rencontre un moine bénédictin

jan-dibbets_raban-maur-bnf-make-it-new
“De laudibus Sanctae Crucis”, Raban Maur.

Quand Jan Dibbets, l’artiste conceptuel néerlandais, découvre par l’entremise de Charlotte Denoël (conservateur en chef, département des Manuscrits de la BNF) les manuscrits de Raban Maur, c’est pour lui un choc esthétique.

Raban Maur était un moine du IX° siècle vivant en Germanie, il fut abbé de Fulda puis archevêque de Mayence. Raban Maur était considéré à l’époque de la renaissance carolingienne comme un éminent théologien. Il a exécuté des poèmes dont « La Louange à la sainte Croix », un chant calligraphique glorifiant le Christ à travers la figure de la Croix déclinée en des variantes savantes au contenu plus ou moins ésotérique. Ces manuscrits se lisent comme des « rébus » manifestant le mystère de la foi. A l’instar de tous les poètes métonymiques du moyen-âge le monde est pour Raban Maur un cosmos fermé où, en toute chose, peut se déchiffrer la présence divine. Or l’écriture en tant que prière et la perfection « mathématique » des nombres de la métrique sont les moyens idéaux d’exprimer sa dévotion. La planche calligraphique est elle-même un microcosme, un reflet cryptographique de la création divine, un ensemble de signes manifestant le Verbe.

Cet article est réservé aux abonnés Premium