2 min read

Julien Salaud, hybridation et indétermination

Julien Salaud conçoit depuis quelques années un bestiaire fantastique qui à travers de nombreuses installations ressemble souvent à un rite initiatique.
Julien Salaud, hybridation et indétermination

Julien Salaud, bestiaire imaginaire

Julien Salaud conçoit depuis quelques années un bestiaire fantastique qui procède par hybridation.

julien salaud, hybrid, taxidermie, nature, odd, installation, plasticien, palais-de-tokyo
© Julien Salaud

Il commença par des altérations et métamorphoses entre espèces ou/et en associant au naturel l’artifice par le truchement de parures liés à l’artisanat humain, des bijoux notamment. Ces chimères sont autant de concrétisations du désir de Julien Salaud de donner corps à ce qui ne peut être classé. Les chimères sont des exceptions à la règles et font taire notre raison, tout en mettant en échec les conventions existantes.

Une autre caractéristique de l’œuvre de Julien Salaud est le soin apporté aux détails, la profusion minutieuse qui semble vouloir mimer l’inventivité dont est capable la nature dans certains détails organiques, en particulier dans les enveloppes/carapaces/peaux/plumages qui contiennent, isolent et protègent l’organisme. L’influence de Kiki Smith est plus que probable dans ces procédés ornementaux qui soulignent la fragilité de la vie. Puis le cocon à fait son apparition, biches et cerfs se sont vus couverts de clous sur lesquels sont tendus des fils qui finissent par créer une enveloppe arachnéenne ou une sorte d’exosquelette géométrique, abstraction de la pensée, schémas mentaux et animaux empaillés se mêlent dans de nouvelles créatures qui sont ou prisonnières ou promises à une transformation prochaine quand le cocon laissera échapper la chrysalide.

Cet article est réservé aux abonnés Premium