5 min read

Ursula Schulz-Dornburg, photographe des périphéries

Ursula Schulz-Dornburg est exposée à la MEP dans le cadre d'une importante rétrospective permettant de découvrir une photographie des confins et lisières.
Ursula Schulz-Dornburg, photographe des périphéries

Photographie des rémanences

Ursula Schulz-Dornburg (née en 1938 à Berlin, Allemagne) est une photographe allemande qui se situe entre le documentaire, la Photographie Objective allemande et le minimalisme américain.

Paysage et vestiges

Le travail d’Ursula Schulz-Dornburg se singularise par des sortes de carnets de voyages photographiques dédiés presque essentiellement au paysage, plus spécifiquement à l’architecture dans le paysage.

ursula-schulz-dornburg_solo-show_mep_paris_2020
Erevan – Yeghvard, 1997 © Ursula Schulz-Dornburg.

Un des traits dominants de son travail est le vide qui habite ses clichés. La majorité de ses photographies sont exemptes de présence humaine ou alors, lorsque quelques « personnages » sont à l’image, ils paraissent isolés, perdus, déplacés et en attente.

Ce qui intéresse avant tout Ursula Schulz-Dornburg ce sont les vestiges, en particulier les ruines. Elle a entrepris une multitude de voyages dans des zones que l’activité humaine a abandonnées, où il ne demeure que des bâtiments ou habitats détériorés, abîmés par le temps. Pour ainsi dire désaffectés de leurs fonctions, de tout usage.

La suite de cet article est réservé aux abonnés Premium et standard