Christian Boltanski nous fait entendre son « Cœur »

Christian Boltanski, plasticien, exposition | Publié par Thierry Grizard le 7 mai 2017.


Christian Boltanski a toujours fait de l’absence le centre de sa démarche. Toutes les traces de la mémoire, photographies, objets perdus et exhumés de l’oubli sont pour lui autant de signes qu’il célèbre dans des reliquaires profanes ou des autobiographies fictives . Il nous amène alors à constater que ces empreintes mémorielles soulignent davantage l’absence que la présence.

L’autre facette du travail de Boltanski est l’appropriation par identification de ces marques du passé. C’est le propos des reliquaires composés de photographies d’anonymes qu’il fait siennes.

Ici la plasticien français inverse la démarche, il nous fait écouter les battements de son cœur dans un couloir sombre éclairé par intermittence d’une faible ampoule.

Il nous convie donc à une identification sous forme de « Memento Mori » où l’histoire collective —les catacombes, le rappel de la Shoah— et individuelle se recoupent.


boltanski, pop, coeur, exposition, art contemporain, art conceptuel

© Christian Boltanski.


Communiqué de presse:

Le Coeur de Christian Boltanski

Pour cette édition de Printemps #2, Antoine de Galbert a été invité à présenter au public de La Pop l’une des œuvres de sa précieuse collection. Parmi la sélection d’œuvres proposées, Le Cœur de Christian Boltanski a été retenue. Celle-ci entre directement en résonnance avec le projet de La Pop : interroger les relations que la société et l’individu entretiennent avec le son et la musique.

Créée en 2005 et présentée à La Maison rouge en 2008 à l’occasion de l’exposition Les Archives du cœur, cette installation, à la manière d’une vanité, nous fait ressentir le mouvement perpétuel et fugace qui relie la vie à la mort. Une lampe, reliée au plafond par un simple fil, s’allume et s’éteint en suivant le rythme généré par le son amplifié du battement du cœur de l’artiste.

Dans la cale de la péniche, des miroirs disposés de façon aléatoire sur la surface métallique des murs renvoient les reflets subreptices de l’ampoule, tels d’innombrables filaments de lumière qui ne sont pas sans rappeler l’incroyable complexité du réseau sanguin alimenté par le cœur.


« Le Cœur » de Christian Boltanski

La Pop

Du 1er au 30 juin 2017.


A voir aussi:

Thierry Grizard | Artefields.

Webmaster et auteur.

Artefields, couvre à travers un fil d’actualité fourni et quotidien l’ensemble des expositions à Paris, en France et pays francophones, mais aussi les grands évènements internationaux. Les champs d’intérêts sont essentiellement les arts plastiques, en allant de la peinture aux installations en passant par la sculpture. Nous nous efforçons également de découvrir ou soutenir d’un point de vue rédactionnel de nouveaux talents. Les articles de fond, ou analyses tentent de prendre un peu de distance relativement à l’actualité artistique afin de mieux éclairer cette dernière. De nombreuses galeries d’images sont à la disposition du lecteur qui pourra se faire une première idée du travail des artistes concernés. La ligne éditoriale ne se veut néanmoins pas exhaustive et revendique une part inévitable de subjectivité.